24 déc. (relu le et publié aujourd’hui, sans corriger)

Je vous préviens
Je ne fais que souffrir
Je ne passe quasi plus aucun bons moments depuis que je suis tombé dans les filets de la psychiatrie
Peut être qu’avant c’était déjà le cas, je ne sais pas
Mais je suis intelligent, pour de vrai, à la base
Et je grandis, j’ai 24 ans. Je ne fais qu’endurer, faire du mal parfois. Je ne construis plus rien car je ne suis pas le profil lambda du schizophrène. Car à la fin a chaque fois par peur enfin je casse des choses. Je n’ai pas d’amitié, et en même temps sociable, on m’apprécie, je me fais remarquer.. Enfin..
Pas d’amitié. Pas d’aventure amoureuse.

Je vous préviens.
Le médicament. Il m’a rendu impuissant ! Et puis gros, et puis je ne réfléchissais plus. Alors en sagesse, en vertus, en éducation, non en manque de force, non en faiblesse,
Que voulez vous vraiment à cela ??

Moi je ne suis pas dans le panier des vrais débiles qui ont fumé trop de cannabis un jour et qui sont cons
Je suis de vos schizophrènes intelligents
Écoutez moi pas trop comme un patient
Je suis de vos schizophrènes qui se voudra d’un aide à l’humanité, à la citoyenneté
Je suis de ceux là qui sont inventeurs, créateurs, artistes, qui peuvent l’être
Mais que tout empêche

Alors !! Je n’ai fais que souffrir à cause de cela ! Je n’ai aucune relation. Alors que j’ai un talent monstre en moi depuis l’enfance et ça n’est même pas moi qui m’en persuade !
Un vrai talent que même la France et le monde latin demanderait. On me stoppe. Seul, sans m’aider. Chacun est à moitié intelligent. Et on va me donner 115 de qi. Car je suis un oseur. Un expérimenteur, un aventurier.

Et voilà ! 24 ans ! Je n’ai rien. Je ne sais pas faire de l’argent, de toutes les manières existantes. Je ne sais pas en faire. J’ai même un seul petit diplôme, je ne sais plus le faire recruter. Je ne sais pas m’aider. On ne m’aide pas. Non, on m’empêche. Je pars des tempêtes, des arnaques, des fréquentations qui n’apportent rien, qui sabottent, tirent vers le bas.

Et alors ! Ça n’est pas ça ma vie.
Je pense que je mériterai quand même un peu de bonheur, un peu de tranquillité, stable, être accepté, par la société, avoir un travail, trouver une place, à mon âge, avoir assez d’argent pour m’acheter le nécessaire, et trouver une partenaire. Ne pas que l’on me gâche sans arrêt avec cette dite pathologie. Ce dit trouble, qui de plus, met beaucoup de “cassos” dans le même panier. Or comme partout, il y en a des cons, et des intelligents. J’en ai marre de plus avoir la prétention de ne pas savoir le dire, je réussissais, en me détruisant intérieurement, premier sans y croire. Et alors, ensuite. Je progresse. Non je ne m’use pas, je ne me détériore pas. Je veux avec mon imaginaire défier des dogmes, ne pas être dans une dégénérescence, être même dans l’inverse.
Alors aidez moi, non ?
Prenez de mes informations, essayons ensemble de mieux comprendre..! Puis je participer aux recherches par exemple.. Non en tant que patient mais en tant qu’erudi tout de même atteint, non ??
Sinon.. Que voulez vous créer de moi ?? Vraiment ???
Un tû? Un mort ? Un homme encore mieux seul. Sans femme, sans rien, qui ne consomme même pas beaucoup ?

Quelqu’un de trop sur Terre ??

Non, j’ai des compétences, des connaissances, je vous le promets, au pire tirez les de mon nez, j’ai avancé logiquement. Eu des réactions logiques en rapport avec mes expériences, c’est tout.

OK je n’ai pas le savoir sur les dits troubles, je ne suis qu’à peine informé. Mais j’ai lu appris voyagé vu beaucoup de choses. L’aide médicamenteuse est simplement un manque d’organisation de ma part quand une réussite est grande.
Que dois rappeler que ma famille est en fait ancienne en France.. Et qu’en plus il y a le côté italien. Que nous sommes le monde latin ??

Je préfère avoir des partenaires avec un cerveau, comme vous, des personnes intelligentes. Qui sauront susciter mon cerveau à bon escient, me poser les questions si en toute impunité cela devrait être fait, pour avancer vers une voie meilleure. J’ai beaucoup de réponses.

Merci

OK par contre j’accepte définitivement cela
Et moi je vous raconte juste ce que j’ai pu croire
Et tout de même expérimenté
S’accepter comme nous sommes
Et par Dieu..
Enfin.. Je vais accepter que cette histoire tourne en rond, que j’ai essayé de le prévenir, le comprendre et le faire comprendre.. Je dois accepter mes défauts, ceux là, qui définitivement m’empêche d’avancer !! Alors, personne ne comprend vraiment.. La société, la civilisation, le public, en fait.. Si je vais en mettre au courant, car des individus me connaissent, ont grandi avec moi, ont une bonne opinion, attendent juste que je réussisse aussi des choses.. Et bien pour rendre des comptes logiquement sur une vie, qui est la mienne, car aujourd’hui les réseaux sociaux par exemple en sont une manière et existent pour beaucoup.. Et bien, comment expliquer qu’il n’y a pas d’autres vérités autour de cela. Comment sensibiliser quand parfois il n’y a ni pitié ni respect..? Mais ça vient. Et comment me distinguer, dans les schizophrène, ou autre pathologie et folie que tout un chacun, commun, non intéressé met tout le monde au même endroit, certains de ces déséquilibrés aussi se placent eux même dans le même “délire” “folie” ou veulent se rassembler sur des dogmes communs et indépendants à la psychiatrie..?? Moi j’ai essayé d’avancer sans.. Et force est de constater qu’il est vrai.. Que je me dégrade un peu, avec le temps, même sans alcool et drogue.. J’en ai bien l’impression. C’est le fait de connaître et d’arrêter peut être.. Je ne sais pas. Je pense que fumer en ayant une activité cérébrale stimulé par des mathématiques par exemple ou des choses logiques n’est pas mal..mais seul.
L’utilisation récréative est elle en effet dangereuse.
Bref ça n’est pas le sujet. Force est de constater que l’histoire est souvent la même pour moi. Et qu’à part avoir un mental fort, je n’ai plus l’impression d’en tirer des leçons que sur mon vrai chemin, un peu après être encore attiré par des fréquentations à possiblement éviter, car ne comprennent rien en cela, et sont simplement abruties pour de vrai.
Enfin  donc, n’étant personne pour juger, ayant bien voulu me cultiver, participer et créer une philosophie innovante, et différente, et même suprême, et m’intéressant par experimentations, expériences aux religions, venant aussi ici en psychiatrie, j’ai au moins la chance de vivre et de connaître beaucoup de choses parfois incompatibles, qui semblent inverses, contraires. Tant..qu’en trouvant une solution pour moi, unissant ces bribes d’univers. Nous trouvons une solution pour beaucoup d’autres choses. Et en cela j’essayais de ramener à moi, expliquer.. Je me suis lié, ai dialogué avec tant d’horizons différents et niveaux d’esprit, de dite intelligence différent. Avec ou sans estime. Que cela est une réponse.

J’accepte ce défaut, dites moi si je veux au moins me rendre utile à l’intérieur, et participer à fournir aussi des réponses. Dites moi comment je peux ne pas être mis dans le panier de tous les handicapés, ou personnes ayant vrillé intellectuellement, qui peut être avant une base de facultés cognitives moindres que ma petite personne à la base, et pour qui c’est plus normal. Dites moi tant qu’il est encore temps. Comment je peux me distinguer de ce regard compatissant, d’une infirmière ou autre. Assumer cela, tout en étant probablement d’une raison vive et seulement parfois maladroitement communicante. Qui fait réaliser au monde en comprenant sans être protéger, en vivant dans le populaire, tant d’informations précieuses, que gardent ceux qui réussissent pour leur clan. Entre guillemets. Alors..

Dites moi comment je ne peux pas être seul tel quel. Si vous saisissez mes informations. Comment je ne suis pas Lucas Deleau le schizophrène “en fait un botch, un fou qui a trop fumé un jour, ou qui est juste fou on sait plus c’qu’il fait peuchere” à je ne sais pas moi, Tomy, lui pour le coup, un vrai mythomane un peu sociopathe sur les bords et en fait un peu complètement con dans ses informations par exemple..?? Juste un exemple..

J’accepte tout de même le défaut qui l’empêche d’avancer donc. Qui de mon âge, ayant traversé les mêmes épreuves, mais appris tant, et ayant suivi ce genre de parcours, de diplôme, engrangeant des connaissances, apprenant de la grande et belle ville de Rome, se retrouvant par hasard en pleine nuit au petit palais des beaux arts à Paris avec des musiciens et chanteuses dont Shy’m en petit comité.. Et autre belles rencontres dans l’année.. Hafsia Herzi, Edgar Morin.. Même s’il n’y a peut être que 5 phrases échangés pour ce dernier par exemple, et de l’observation un peu de loin de sa part, un peu de la curiosité. Et puis autre encore.. Qui n’arriverait pas à se debrouiller un minimum, à mon âge, être assurant d’une autonomie, avoir au moins une amie partenaire, ou des projets qui se montent et finalement aboutissent tout de même. Qui, à 24 ans serait dans ce cas sans un dit trouble réel ?
Ça n’est pas un trouble de la perception, bien au contraire, je pense percevoir plus que le commun des mortels, c’est un trouble de rendu, de rendre, de mettre sur terre, du pouvoir d’homme aussi, de travail. D’arriver à le faire ce travail ! Le faire vraiment ! Pas de la perception,pour ça les schizophrènes sont sans doute haut. Nous percevons plus d’informations et ne les mélangeons pas, c’est juste difficiles, durs. A les rendre, à les communiquer. Pour cela on peut nous croire handicaper alors que non. Donc qui avec mon parcours sans cela n’y arriverait pas ? Donc j’accepte.
Juste, comment l’expliquer, pour de vrai..?
Comment être estimer dans un art ou autre science, domaine, avec cela..?
Je suis unique. Pour cela je ne me lie plus. Avec des personnes qui me définissent sans me ressembler vraiment aussi.

Donc voilà !

Expliquer inquiétudes sur chemin et voie
Mais comprendre que ça m’empêche de le finir à chaque fois


Attaché- moins de liberté
Besoin d’être donc sans cesse soigné quoi qu’il se passe donc dépendance etc..
Impuissance etc..

Juste en fait, on m’a appris à développer et avoir un esprit critique là où j’étais
C’était dans le programme de ma génération, un bac économique et social qui donne un esprit large sur l’économie, l’état des sociétés et les mouvements sociaux.. Un esprit ouvert. Vif. Et critique au lycée où j’étais en tous cas, donc voilà. Aussi.

0 0 voter
Évaluation de l'article