Que dire ?

Avec une tête malade, j’écrirai pour vous demandez que dire ?
Un nouveau journal qui s’entamait, et le cœur en miette de ces dames je tenterai de réparer, m’amusant avec les méandres du notre. Parlons du cœur et de ses paupières. Oui, un jour ouvert et des siècles fermés est le nerf de ce dernier chez tant. Avec une prose atypique et sans justification, j’écrirai pour vous demandez que dire ?
Sur ce temps qui file à l’allure plus vive qu’un train, à l’intérieur duquel, nous pouvons déjà voir les couleurs du dehors se mélanger. J’espère toucher. Le cœur a sa raison d’être dans le muscle indispensable qu’il est. Et, nous trouvons l’âme en lui, la flamme qui vibre, ce n’est pas jouer avec le feu, mais c’est celle-ci que nous voudrons effleurer en toute maturité. Nous pourrons plaisanter sur notre santé, car je me l’octroie, ma plume carresse l’excquis.
L’excquis que l’on trouve dans la belle architecture, dans l’art de nos pairs.

Alors sans pompeuse envolée, j’écrirai pour vous demandez que dire ?
Est-ce une démarche valeureuse ? Est-ce qu’on s’ennuie tôt ici bas ?
Oui et oui. Palliant à ce défaut, l’écriture et la lecture est une magie très amie à l’humain. Tout cela pour en venir à rien.
Finalement, si ton cerveau est en feu, les lignes l’apaiseront. Un journal génial qui se lit assi comme debout, allongé ou en route.
Intimiste et profond, maquillé et fantastique, ce cahier de notes devra octroyer à son auteur du succès, à son lecteur du flux.

5 2 votes
Évaluation de l'article